comment faire grossir sa bite

 

Le pénis n’est pas un muscle. Si c’était le cas, avec l’absurdité générale et l’inquiétude générée par notre appendice génital, il y aurait des claques sur les portes des gymnases pour obtenir une place. Malgré tout, à l’intérieur du pénis nous trouvons des tissus musculaires et dans ses environs il y a des muscles qui interviennent directement dans des processus tels que l’érection ou l’éjaculation, il est donc possible de les exercer et de les tonifier afin d’obtenir de meilleures performances sexuelles.

Lorsque nous avons parlé il y a quelques jours d’exercices visant à renforcer le vagin et de pompoarisme, nous avons déjà indiqué que les hommes peuvent aussi faire considérablement progresser nos compétences sexuelles. Parfois, les exercices de Kegel sont mentionnés comme étant réservés aux femmes, et il existe encore une certaine tendance machiste à considérer que seules les femmes doivent les faire si elles veulent être la pierre angulaire du plaisir sexuel. Non, nous pouvons aussi faire nos exercices. Comme il se doit, cette histoire de sexe est toujours à double sens.

Sur Internet, il existe des listes d’exercices qui, comme tout ce qui circule sur le net, doivent être mis en quarantaine. Bien que de nombreux exercices visant à renforcer le muscle pubococcygien (et par extension, le pénis) soient inoffensifs, certains sites recommandent de faire des efforts d’un tel calibre qu’il vaut mieux consulter un urologue avant de risquer toute sorte de déchirure ou de blessure interne. Je me réfère à un texte dans lequel il est recommandé de mettre une serviette sur le pénis en érection et de faire des exercices de levage. Bon, tout le monde, un matin vous vous réveillez un peu bête et heureux, nous avons peut-être fait la grâce phallique de l’haltérophile avec une serviette, un T-shirt ou un caleçon pour provoquer le rire et l’admiration de notre partenaire. Cependant, à moins de vouloir se consacrer au monde du cirque, il vaut mieux exercer ce domaine d’une manière plus efficace, bien que moins spectaculaire. Juste au cas où.

Pour ce faire, il faut localiser le muscle pubococcygien. C’est un muscle interne de la région du périnée (entre les testicules et l’anus) qui peut être clairement identifié car il se contracte lorsque, par exemple, nous utilisons la force pour couper le flux d’urine pendant la miction. Cependant, il n’est pas toujours nécessaire d’uriner avant d’effectuer les exercices. On suppose que si vous l’avez déjà localisé, il est bon pour vous pour toujours. Ensuite, il est recommandé de réchauffer la zone en contractant et en relâchant le muscle en trois séries de 30 contractions, en laissant un espace de 30 secondes entre chaque série. À partir de ce moment, les séries vont augmenter en nombre et en répétitions, et il est recommandé d’atteindre 300 par jour afin d’obtenir de bons résultats. Vous trouverez sur cette page quelques exercices supplémentaires, bien que je réitère la nécessité de faire preuve de bon sens lors de leur mise en pratique. De plus, comme c’est généralement le cas pour tous les types d’exercices physiques, les résultats ne sont pas instantanés et seules la constance et la régularité de leur exécution en assurent le succès.

Une dernière recommandation. Ces exercices ne sont pas effectués avec un pénis en érection, et bien qu’il soit préférable de les faire en position allongée et confortable, il est également possible de les pratiquer en position assise au travail ou dans la voiture pendant l’embouteillage classique. A moins que l’un d’entre eux ne soit très expressif, les autres n’ont pas besoin de le savoir.

Agrandissement du pénis (intervention chirurgicale)

Pour l’agrandissement du pénis, la “lipopénostructure” est réalisée, ce qui est une intervention chirurgicale simple et rapide (et certainement la moins invasive et la plus sûre). Elle peut être réalisée en même temps que la phalloplastie d’extension . Voyons en détail ce que la méthode implique.

 

L’intervention de lipopenostruttura (agrandissement du pénis) est une méthode chirurgicale simple et rapide, qui se compose de 3 phases distinctes :

  • collecte de tissu adipeux de la région sus-pubienne ou, alternativement, de l’abdomen, des hanches ou des cuisses à l’aide de canules minces. Cette procédure, en plus d’obtenir la graisse nécessaire, permet de réduire le pannicule adipeux sus-pubien (zone d’accumulation fréquente de graisse chez l’homme) rendant le point d’insertion du pénis plus profond et provoquant ainsi un allongement de la partie visible du pénis
  • purification des graisses avec la technique Puregraft: Cliquez ici pour en savoir plus .
  • implantation uniforme de la graisse obtenue dans l’espace entre la peau du pénis et les corps caverneux au moyen d’incisions millimétriques à la base du pénis.

1) Technique chirurgicale

Après une anesthésie locale avec la technique tumescente (ou autre anesthésie selon les autres procédures associées), une certaine quantité de graisse est prélevée (préalablement approuvée par le chirurgien et le patient) de la zone sus-pubienne, des hanches, des cuisses ou de la région abdominale.

La procédure est réalisée à l’aide de petites canules qui sont introduites par de minuscules incisions.

La graisse collectée est ensuite soumise à un processus de lavage et de filtration pour séparer les cellules graisseuses de la partie huileuse, du sang et des matériaux d’infiltration qui y sont contenus au moyen d’un dispositif “Puregraft” de la société californienne du même nom. L’ensemble du processus dure environ 30 à 40 minutes et à la fin il n’y aura pas de cicatrice visible.

La graisse purifiée est ensuite implantée par voie sous-cutanée (entre les ceintures Dartos et Buck), au moyen de deux petites incisions cutanées à la base du pénis (h.2 et h10), en prenant soin de la répartir adéquatement et de remplir complètement l’espace sous-cutané.

La méthode décrite ci-dessus représente actuellement la meilleure technique et est certainement la plus utilisée au monde pour son innocuité , ses résultats esthétiques et sa durée.

2) Techniques supplémentaires

Vibro-liposculpture sus-pubienne
Chez les personnes ayantun pannicule adipeux sus-pubien abondant et évident, la peau pubienne peut surmonter l’insertion cutanée du pénis avec le résultat d’un organe qui apparaît visuellement plus court qu’il ne l’est réellement . Cette condition peut se produire non seulement avec des individus en surpoids (“pénis caché” ou dans des cas extrêmes “pénis enterré”), mais aussi chez des individus de poids normal ou même de poids insuffisant, et est causée par les caractéristiques individuelles des zones d’accumulation de graisse.

Dans de tels cas, la procédure élective consiste en une ” vibro-liposculpture sus-pubienne “, une méthode chirurgicale d’aspiration de la graisse pubienne à l’aide de canules minces équipées d’un mécanisme de vibration , qui permet d’abord la dissolution, puis l’aspiration ultérieure, de l’excès de graisse.

Bien entendu, la graisse collectée est ensuite soumise à une purification au moyen d’un appareil “Puregraft”, pour ensuite être implantée dans le pénis de la manière décrite ci-dessus.

Correction au laser de la peau du pénis palmé (sangle pénoscrotale)
Dans certains cas, le point d’insertion de la peau du scrotum avec celle du pénis est situé le long de la tige du pénis lui-même et non à la base comme d’habitude. Cette condition anatomique, appelée “pénis palmé” (sangle pénoscrotale en parsi anglo-saxon) provoque une sorte “d’aile de chauve-souris” de la peau à l’arrière du pénis, ce qui se traduit par une imperfection qui réduit visuellement la longueur totale du pénis.

Pour corriger cette condition, nous effectuons un laser sur le plastique de la peau péno-scrotale, en utilisant la méthode plastique “Z”, qui est ensuite fermée avec une suture esthétique en utilisant des points qui seront absorbés dans les 15-20 jours .

La méthode, d’une durée de quelques minutes, peut être réalisée individuellement ou plus souvent dans le cadre d’une phalloplastie combinée, et conduit à un résultat esthétique très évident et satisfaisant.

3) Résultats

La graisse purifiée, riche en cellules souches, est implantée par voie sous-cutanée. La taille de l’espace entre la peau et les corps caverneux du pénis, qui varie d’un individu à l’autre, est donc cruciale. La quantité et l’élasticité de la peau ne sont pas les mêmes pour tout le monde, et donc des résultats différents peuvent être obtenus selon la disponibilité de l’espace où implanter.

En outre, le résultat obtenu dépend de nombreuses variables individuelles: principalement le niveau de métabolisme, le mode de vie, la quantité de vaisseaux sanguins présents dans la zone réceptrice et de nombreux autres facteurs. Tout cela rend le résultat fondamentalement imprévisible. Nous ne pouvons donc pas garantir un certain minimum de greffe de graisse, car si nous le faisions, nous n’en inventerions que des nombres. Pour répondre à cette question, il faut donc considérer les statistiques. À cet égard, dans l’étude récemment publiée par nous, qui représente les cas les plus nombreux présents dans la littérature médicale mondiale ( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31004096) sur 355 opérations réalisées, le gain moyen était compris entre 20 et 30% de plus que la circonférence pendant la phase de repos, estimée un an plus tard. Ces données représentent comme nous l’avons dit une moyenne statistique, qui comprend à la fois les cas de greffe particulièrement importante, et les cas de greffe minimale voire absente (oui, il est également possible que tout ou presque toute la graisse implantée soit réabsorbée). Cependant, en cas de réabsorption insatisfaisante ou si un résultat plus évident est toujours souhaité, nous avons la possibilité de réimplanter de la graisse. Après ce deuxième implant, le résultat final sera certainement meilleur, car la nouvelle graisse implantée trouvera le “lit” des vaisseaux sanguins (développé après la première chirurgie) prêt à le recevoir, ce qui rendra la greffe beaucoup plus rapide et plus efficace.Même dans ce cas, cependant, il n’est pas possible de garantir un type de résultat certain.

Comme il n’y a pas d’incisions chirurgicales, la sortie aura lieu dans les quelques heures suivant la fin de l’intervention, et à partir du lendemain toutes les activités peuvent être reprises à l’exception de celle sexuelle, qui peut être reprise au moins 30 jours après l’opération, pour éviter une répartition inégale des graisses.

4) Période postopératoire

Comme il n’y a pas d’incisions chirurgicales, il n’y aura pas besoin de se reposer, donc tous les travaux, sports et activités sociales pourront reprendre le lendemain.

Seule l’activité sexuelle doit être évitée pendant au moins 30 jours, le temps de la greffe de la graisse.

5) Complications et effets secondaires

Certaines complications sont décrites dans la littérature médicale, qui sont le résultat de techniques mal exécutées, souvent par des chirurgiens inexpérimentés.

Ceux-ci peuvent être: nodularité, asymétries, réabsorption excessive de graisses, infections

Il convient de souligner qu’avec la méthode Puregraft, combinée à nos plus de vingt ans d’expérience, la présence de nodularité et / ou d’asymétries est à considérer comme extrêmement rare, et dans le cas facilement résoluble par une intervention corrective. Pour la réabsorption, les considérations exprimées dans le paragraphe des résultats s’appliquent.

L’infection graisseuse a une incidence d’environ 1% dans les plus grandes statistiques de lipofilling; cependant, il faut considérer que Puregraft fonctionne en circuit fermé, c’est-à-dire sans contact de la graisse avec l’environnement extérieur, de sorte que l’infection est un événement encore plus rare dans notre expérience.

6) Considérations et conclusions

(Les considérations suivantes découlent de plus de 20 ans d’activité dans le domaine de l’agrandissement du pénis par un chirurgien spécialiste qui, au fil du temps, a utilisé la plupart des techniques énumérées ci-dessous).

Au cours des dernières années, la nécessité de recourir à des méthodes moins invasives et surtout moins risquées pour obtenir l’agrandissement du pénis a stimulé la recherche sur les matériaux qui peuvent être implantés sous la peau afin d’obtenir un résultat esthétique qui n’affecte pas la fonctionnalité de l’organe. . En conséquence, diverses solutions ont été utilisées, toutes traduites grossièrement en utilisation de matériaux synthétiques ou hétérologues (prélevés sur un autre organisme, humain ou animal) ou autologues (prélevés sur le même organisme).

Les matériaux synthétiques sont constitués de charges résorbables et non résorbables. L’utilisation de substances non résorbables (polyacrylamide – Formacryl – Bioalcamide, PMMA) a été abandonnée en raison de divers problèmes liés au rejet et aux résultats esthétiques insatisfaisants. Parmi les matières résorbables, l’acide hyaluronique réticulé est également proposé, qui tend cependant inévitablement à former des accumulations inesthétiques (en plus de la réabsorption totale sur quelques mois) et pour cette raison il a été rapidement abandonné.

Dans le domaine des matériaux hétérologues (étrangers à l’organisme), le derme porcin (Intexen LP), d’origine porcine, est utilisé depuis un certain temps. Après une courte période d’enthousiasme initial, des problèmes de compatibilité matérielle et de résultats esthétiques (y compris le raccourcissement du pénis lors de l’érection) ont rapidement été observés, ce qui a considérablement réduit son utilisation. En confirmation, le fabricant américain d’Intexen LP a annoncé que le produit serait retiré du marché à partir d’avril 2011. D’autres matériaux de nature prothétique (péricarde bovine, alloderme, prothèses péricaverneuses et autres implants sous-cutanés) sont à notre avis absolument déconseillés, à la fois pour des complications possibles et pour le caractère non naturel du résultat.

Les matériaux autologues, principalement constitués de tissu adipeux, ont l’avantage de ne pas provoquer de réactions allergiques ou de rejet (la graisse est prélevée dans différentes zones du corps du patient) et de développer un effet visuel et tactile plus naturel. La greffe de graisse autologue est une intervention chirurgicale largement consolidée et répandue à la fois en médecine esthétique et dans l’application volumétrique à diverses zones du corps allant du visage aux fesses, et en chirurgie andrologique pour l’agrandissement volumétrique du pénis (lipopénosculpture).

Par rapport aux charges volumétriques normales d’origine animale ou synthétique, l’utilisation de graisses autologues présente une série d’avantages allant de l’impossibilité de rejet et d’incompatibilité à l’absence de risque de transmission d’infections et de maladies, à une intégration complète avec la zone récipient anatomique.

Les inconvénients sont constitués par la possibilité d’asymétries, de nodularité et surtout par la grande variabilité de résorption de la graisse elle-même. Cela se produit parce que le tissu adipeux a besoin de beaucoup de nourriture (lire: sang) pour survivre, et lorsqu’il est prélevé pour une transplantation dans d’autres régions, il perd les connexions vasculaires et les connexions nouvellement formées peuvent être insuffisantes pour une alimentation adéquate. De plus, le tissu adipeux collecté contient, en plus des cellules graisseuses pures, un pourcentage élevé de matières différentes (eau, huile, produits d’infiltration, etc …) responsables de modifier la forme et la consistance du pénis.

Le résultat est qu’une partie, qui varie d’une personne à l’autre selon les caractéristiques personnelles de chaque corps, est réabsorbée, perdant ainsi une grande partie de l’effet de remplissage obtenu.

Parallèlement à l’apparition de problèmes causés par les matériaux synthétiques (en particulier ceux causés par le gel de polyacrylamide), il y a eu une augmentation des recherches pour rendre la greffe de graisse autologue plus durable et efficace.

Le PureGraft s’est révélé très utile à cet égard et a enregistré de grands progrès, mais jusqu’à présent, il n’a pas été possible d’atteindre une stabilisation permanente de la graisse transplantée, qui varie d’un patient à l’autre, la mesure a tendance à être réabsorbée dans chaque cas.

Pour toutes les considérations exprimées ci-dessus, nous pensons actuellement sans aucun doute que l’utilisation de graisse autologue purifiée au moyen du dispositif “Puregraft” représente la méthode la plus naturelle, efficace et sûre pour obtenir un agrandissement satisfaisant et gratifiant du pénis.

//]]>